-
June 3-7

Archives
Le festival
"Le Festival de Printemps de Beyrouth", créé et lancé en 2009 par la Fondation Samir Kassir, est inspiré par le titre de l'un des derniers articles écrits par Samir Kassir, peu de temps avant son assassinat en 2005.

Cet événement, en ciblant le large public, est unique, tant par son concept et les objectifs programme.Le du Festival et son caractère particulier ont suscité un accueil très chaleureux du public.

Le Festival est le premier de son genre à Beyrouth.

Le festival propose des spectacles internationaux pluridisciplinaires (théâtre, musique, danse, conférences ...) tournant autour des thèmes de la tolérance et de la diversité culturelle, en particulier dans les sociétés confrontées à la violence et l'injustice.

Le festival propose des spectacles exclusifs d'une nuit étalées sur? Une semaine dans différents lieux à travers Beyrouth.

Le Festival soutient la création de l'art contemporain et dynamise? Vie culturelle et artistique du Liban, construit sur ​​la conviction que l'art est la meilleure façon de tolérance.

Le Festival se développe sur l'intérêt de la jeune génération dans le maintien des liens avec la vision et les pensées de Samir Kassir.

L'entrée gratuite au festival fournit toutes les catégories de la société libanaise avec un accès illimité aux œuvres, d'art commerciales non originales.

Ce festival a grandi grâce à l'appui financier et moral de ses amis,? Sponsors et surtout la société civile.

Nous vous remercions de votre fidélité,
Programme
Archives
Juin
3
9:00 pm
AMOK – Théâtre - France

Monologue inspiré de l’œuvre Amok de Stefan Zweig

Traduit vers le français et mis en scène par Caroline Darnay

Adapté au théâtre et interprété par

Alexis Moncorgé

Petit-fils de l’illustre acteur Jean Gabin

Molière de la Révélation masculine 2016


Suite à son succès remarquable au spectacle d’Avignon en 2015, puis au Théâtre Poche Montparnasse à Paris dans l’année en cours, le Festival Printemps de Beyrouth a l’honneur d’accueillir, pour la première fois à Beyrouth, Alexis Moncorgé, qui se produira sur scène le 3 juin 2016, lors de la cérémonie d’ouverture du Festival. 

Langue: Français avec sous-titrage en arabe


Scénographie     : Caroline Mexme

Conception lumière : Denis Koransky

Conception son : Thomas Cordé

Chorégraphie    : Nicolas Vaucher 

 Avec les voix de Benjamin Niss et Laurent Feuillebois

Production : Matrioshka Productions/ Chayle et Compagnie


NOTE DE L’ADAPTATEUR

Amok concentre en elle-même tous les thèmes de prédilection de Zweig : un jeune homme, appelé par un destin tragique, qui perd toute chance de jouer les bonnes cartes pour se sauver ; une femme adultère, coupable d'être mal aimée ; un dénouement qui ne parvient pas à les amender. Pour Zweig, l'amok est un type d'homme ou de femme, possédé par une force dangereuse et démoniaque qui lui fait perdre la raison et le pousse à agir selon d'autres lois, souterraines et obscures.


Amok est également celle de ses nouvelles qui dépeint le mieux l'atmosphère de lourd secret, difficile à porter à la lumière. Le héros se libère de son secret dans l'obscurité de la nuit, sur un pont de navire, mais la folie de son récit fait voyager à travers les forêts fiévreuses des tropiques, ou dans la capitale de la Malaisie coloniale. On retrouve les ambiances envoûtantes et antasmagoriques de Poe, Maupassant, Théophile Gauthier ou R.L. Stevenson. Le spectateur doute de la santé mentale du personnage. L'histoire chemine sur un fil ténu, fragile, périlleux, dans une permanente ambigüité entre réalité et irréalité, sens et non-sens, raison et folie.

Où est la limite entre imagination et description objective du réel ? Entre le rêve et

les faits...? Qui ne s'est jamais demandé "Est-ce que je rêve ?"

Alexis Moncorgé

NOTE D’INTENTION

Une nuit, à la clarté des étoiles, sur un bateau de retour d’Asie Un homme sort de l’ombre pour se délivrer de son histoire…

Il a besoin de parler ; c’est la première et dernière fois qu’il racontera son histoire, non pas comme elle s’est réellement passée (et qui peut connaître la vérité ?) mais comme il l’a vécue, lui. Il s’explique, plaide, se défend, accuse et nous prend à partie, nous, les étrangers, qui sommes à la fois son miroir et son juge.

C’est une plongée vertigineuse dans l’imagination d’un homme, qui, sans quitter le pont du ateau, va nous entraîner à sa suite en Allemagne, puis dans la profondeur moite des marais de Malaisie ; qui va nous faire rencontrer un monde de personnages : les passagers du bateau, les invités du bal, le boy indigène, et « elle», surtout, la femme mystérieuse et orgueilleuse qui transformera le délicat médecin européen en amok enragé.

C’est le récit d’une lutte entre deux êtres qui se haïssent et se ressemblent ; entre deux victimes de la civilisation qui cherchent à préserver leur part de liberté ; entre deux êtres lumineux détruits par leur part d’ombre.

Tout est théâtral dans Amok. Ce voyage exotique lointain, ce parcours intérieur déchirant, cette rencontre obsédante avec une femme qui hante ce récit comme un esprit tragique et démoniaque. Porté par la lumière intérieure du narrateur, on passe sans relâche d’un monde à l’autre, d’une passionnelle histoire d’amour à un conte d’épouvante, de Tolstoï à Edgar Poe, de Jekyll à Hyde. Par la grâce de Stefan Zweig, ses personnages s’incarnent avec une telle force qu’il n’y a plus qu’un pas à faire, qu’un voile à écarter, pour passer des pages à la scène.

Le coureur fou de cette aventure, c’est Alexis Moncorgé, que sa passion pour cette oeuvre a transformé en « amok ». J’ai eu le plaisir de lui donner l’un de ses premiers rôles et de partager la scène à ses côtés. Ce personnage, dont il s’est emparé corps et âme, lui appartient.

Notre vie est une course. Nous poursuivons ce que nous désirons, nous cherchons notre route entre la nuit et le jour, et nous prenons parfois des décisions irraisonnées qui changent notre vie. Puisse votre course avoir une issue plus heureuse de celle de l’amok, mais puisse celle de l’amok trouver un écho dans votre coeur.

Caroline Darnay


Le 3 juin 2016, à 21h00 précises

Auditorium Georges Audi - Ecole Supérieure des Affaires 

Clémenceau – Ras Beirut



Juin
5
9:00 pm

ADONIS

Formé en 2011 par Anthony Khoury et Joey Abu Jawdeh, deux étudiants en architecture et amis de longue date, Adonis a fait ses premiers pas en ligne, faisant sensation avec son titre phare « Stouh Adonis ». Le groupe a depuis considérablement évolué et a été à l’affiche de plusieurs grands festivals, y compris le remarquable Beirut Holidays Festival en 2013. Adonis se produit également sur les scènes les plus prestigieuses du Liban et du monde arabe.

Anthony Khoury

Joey Abou Jawdeh

Nicola Hakim

Fabio Khoury

Le 5 juin 2016, à 21h00 précises - Place Samir Kassir - Centre-ville



Autres
performances
Juin
7
9:00 pm
4x4 : Architectures  éphémères
Une coproduction entre
La compagnie Gandini Juggling, le National Centre for Circus Arts, le Lighthouse Poole et La Brèche Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie / Cherbourg-Octeville 

Une collaboration entre deux mondes : le ballet et la jonglerie.
 
Traçant des voies dans l’espace, quatre jongleurs et quatre danseurs de ballet classique se partagent la même scène pour la première fois. Ces deux systèmes structurés sont des voyages éphémères à travers le temps et l’espace, laissant une trace invisible, telle une architecture imaginaire. 4 x 4 est une célébration du lieu où ces chemins se croisent.
Cette saison est celle du retour de la Jonglerie Gandini à son histoire d’amour avec des mathématiques et des motifs purs 4x4. Suite au succès international de Smashed, ce nouveau spectacle nous invite à un voyage fugace à travers le temps et l’espace dans un dialogue unique entre les jongleurs et les danseurs de ballet. La première de 4x4 : Architectures éphémères a eu lieu dans le cadre du London International Mime Festival de 2015 au Royal Opera House, et a eu droit à une presse fort élogieuse. 
Ce spectacle est mis en scène par le jongleur de renommée mondiale, Sean Gandini, chorégraphié par le danseur du Royal Ballet, Ludovic Ondiviela,  avec la musique originale ‘Suspended opus 69’ de Nimrod Borenstein, interprétée en direct par l’ensemble de musique de chambre, Camerata Alma Viva. La conception lumière remarquable de Guy Hoars s’ajoute à cette expérience sensationnelle, où s’allient plusieurs formes d’art. 

Suite au succès remarquable de « Smashed » dans le cadre de l’édition  2014 du Festival Printemps de Beirut, et en raison de la demande massive du public, nous avons l’honneur d’accueillir les jongleurs Gandini une fois de plus au Liban, où ils présenteront leur nouveau spectacle exceptionnel « 4x4 : Architectures éphémères ».

Le 7 juin 2016, à 21h00 précises - Théâtre Al Madina, Hamra                              


Autres
performances
Medias
Archives
Sponsors
Archives
Organisé par la fondation Samir Kassir
Galerie
Aucun Galeries disponible pour le moment.
Contacts
Fondation Samir Kassir
Imm. Dib, 3 e'tage, Rue du Jardin de Sioufi
Sioufi, Achrafieh, Beyrouth, Liban
Tel/Fax: +961-1-397331 | +961-1-397334
mailto:info@beirutspringfestival.org
info@beirutspringfestival.org
https://www.facebook.com/BeirutSpringFestival
Suivez-nous sur Facebook
https://www.twitter.com/SK_Eyes/status/13990241013
Suivez-nous sur Twitter